Looks de Stars

20 choses que vous ignoriez sur Magalie Lépine-Blondeau

Crédits : Karine Paradis

Magalie Lépine-Blondeau multiplie les projets depuis plusieurs années déjà, mais ce n’est pas parce qu’on la voit partout qu’on la connaît par cœur. Au contraire, il s’agit probablement de l’une des comédiennes les plus discrètes de tout le show-business québécois! Elle n’offre que très peu d’entrevues au cours desquelles elle évite habituellement les questions qui touchent d’un peu trop près à sa vie privée. En fouillant un peu, on a donc déniché 20 choses que vous ignoriez probablement à son sujet!

1

Elle est douée avec les langues

Crédits : Karine Paradis

Elle a une certaine aisance à apprendre les langues. Elle est en effet parfaitement bilingue puisqu’elle est aussi à l’aise avec la langue de Molière que celle de Shakespeare. Alors qu’elle est une passionnée de voyage, sa connaissance de l’espagnol, du créole et du malais doit aussi lui être très utile lorsqu’elle part à l’aventure, histoire de prendre un petit break du quotidien.

2

Devenir comédienne : la seule option acceptable!

Crédits : Karine Paradis

Elle a toujours voulu être comédienne. Du plus loin qu’elle puisse se rappeler, le jeu a toujours fait partie de sa vie. Déjà très jeune, elle prenait plaisir à imaginer des personnages fictifs avec lesquels elle avait des conversations à voix haute. Elle inventait alors des scènes et les jouait ainsi sans retenir cette imagination débordante qui allait lui servir grandement plusieurs années plus tard dans le cadre de son futur métier.

3

Toute sa famille est proche du show-business

Crédits : Karine Paradis

Toute sa famille gravite autour du monde du show-business québécois. Son père est en effet Marc Blondeau, le PDG de la Place des arts, et sa mère est Manon Lépine, une ex-animatrice de radio. Magalie a aussi une sœur de sept ans sa cadette, Eugénie, avec laquelle elle anime l’émission de radio Tricotées serrées sur les ondes d’ICI Première.

4

Elle supporte les femmes de l’industrie

Crédits : Benoit Vermette

Elle aimerait que plus de femmes prennent la plume dans l’industrie de la télévision québécoise. Alors qu’elle révèle au Magazine Véro qu’en vieillissant, elle a enfin l’impression qu’on lui offre des rôles plus complexes et moins axés uniquement sur la séduction, elle croit que l’écriture au féminin pourrait contribuer à la création de rôles plus intéressants pour les actrices et les comédiennes.

5

Elle a fait un premier voyage en solo à 14 ans

Source : Instagram de Magalie Lépine-Blondeau

C’est à l’âge de 14 ans (seulement!) qu’elle fait ses valises et part à l’aventure dans son tout premier voyage en solo. C’est à Caracas au Venezuela qu’elle décide de se rendre et de pousser ses propres limites en se confrontant ainsi à l’inconnu. Elle a dû attraper la piqûre, puisqu’il s’agissait alors du premier d’une longue série de voyages dans lesquels elle part à la découverte du monde, mais aussi d’elle-même.

6

Elle est peureuse

Crédits : Karine Paradis

Elle se considère comme une personne très peureuse. En effet, alors qu’elle affirme avoir peur de tout, il peut être surprenant de la voir voyager autant seule. Elle explique qu’au contraire, il s’agit d’une façon pour elle d’affronter ses peurs et de découvrir qu’elle est bien capable de faire face à l’adversité. En voyageant seule, elle est ainsi forcée de trouver elle-même des solutions aux défis auxquels elle est confrontée en terre inconnue.

7

Elle a un truc infaillible pour choisir ses projets

Crédits : Serge Cloutier

Elle sélectionne encore ses projets professionnels selon un conseil donné par son professeur Marcel Sabourin à l’École nationale de théâtre. Selon lui, un bon choix de projet en est un qui répond à deux des trois critères suivants : il est payant (aspect économique), il permet de faire des rencontres intéressantes (aspect humain), il permet au comédien ou à l’artiste d’évoluer (aspect artistique).

8

Elle veut se sentir utile

Crédits : Serge Cloutier

Elle désire plus que tout se sentir utile. Depuis toujours, elle explique qu’elle est habitée par cette envie de faire une différence et d’être utile, ce qui entraîne aussi une peur envahissante « de ne servir à rien », selon ce qu’elle révèle au Magazine Véro. Elle choisit donc ses rôles en prenant bien soin de respecter ses valeurs, mais aussi de participer à une réflexion intéressante soit pour elle, soit pour la société.

9

Elle a vécu beaucoup de solitude à l’enfance

Crédits : Karine Paradis

Elle était une enfant très solitaire. De son propre aveu, Magalie n’avait pas beaucoup d’amis en grandissant. Elle était – ou se sentait – différente des autres. Au Magazine Véro, elle se décrit comme la petite fille « étrange et solitaire » tout en ajoutant que son amour des mots lui a éventuellement permis d’apprendre à faire sa place dans ce monde qui la poussait un peu à part des autres.

10

Elle adore les mots

Crédits : Karine Paradis

Elle est une grande amoureuse des mots. Cela n’étonnera personne qui a déjà eu l’occasion d’entendre Magalie en entrevue puisqu’elle s’exprime avec une aisance qui peut être désarmante pour ses interlocuteurs, mais aussi pour les téléspectateurs. Elle explique au Magazine Véro que la richesse de son vocabulaire est un cadeau qui lui provient de son père, lui aussi un fervent admirateur de la langue de Molière.